Actualités

Qui sont ces 260 000 micro-travailleurs du clic en France ?

Ces « travailleurs du clic » semblent invisibles mais seraient pourtant 260 000 en France, dont 15 000 très actifs. Leurs tâches sont enfantines, ennuyeuses et ne nécessitent qu’un simple ordinateur. Elles sont pourtant indispensables au développement de l’intelligence artificielle : effectuer une recherche sur internet, légender une image, remplir un questionnaire, trouver un chat sur une photo... Payées au lance-pierre, ces missions rencontrent malgré tout un franc succès.

Enregistrer des phrases en français pour entraîner des assistants conversationnels prend une minute et rapporte 20 centimes d’euro. Catégoriser des produits (DVD, électroménager) sur un site d’e-commerce prend quelques secondes pour 3 centimes. Rechercher des informations sur des individus (profils Twitter, Linkedin, adresses mail) nécessite environ 45 secondes, payées 15 centimes. 

Selon une étude sur le micro-travail en France financée par Force Ouvrière, France Stratégie et le CNRS Paris-Saclay, le salaire horaire médian d’un micro-travailleur ne dépasse pas les 1,77 euro. Le travailleur du clic est avant tout une travailleuse (56%) en zone urbaine, entre 25 et 44 ans (63%) et est plus diplômée que la moyenne avec au minimum une licence en poche. 40% des personnes enquêtées sur la plateforme de micro-travail Foule Factory affirment avoir, en plus de leur travail du clic, un CDI et 71% d’entre elles travaillent à temps plein. Ces travailleurs consacrent en moyenne trois heures par semaine à leurs micro-tâches dans le but d’obtenir chaque mois une vingtaine d’euros en compléments de revenus.

Ni salariés, ni travailleurs ubérisés, ni indépendants, la plupart de ces nouveaux forçats du web ne sont pas déclarés, doivent signer des accords de confidentialité et sont soumis au bon vouloir des nouvelles plateformes numériques de micro-travail. Ces plateformes internationales opèrent dans l’ombre et ne se soucient guère des obligations légales et fiscales du droit du travail français.

Très précaire, ce marché du clic exploiterait aujourd’hui la force de travail de 213 millions de personnes à travers le monde. L’Organisation internationale du Travail (OIT) appelle depuis un an à une régulation urgente de cette pratique. 

Malek SMIDA

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Partagez